samedi 4 août 2018

Calendrier vaccinal : quel vaccin à quel âge



Il est tout à fait possible de pratiquer le vaccin DTP et le vaccin contre l’hépatite B le même jour, à condition de le faire en deux sites d’injection différents.


Nourrisson – gardé à domicile

A 2 mois : première injection de diphtérie-tétanos-coqueluche (à germes entiers) / polio / Haemophilus influenzae b ; première injection hépatite B.
A 3 mois : deuxième injection de diphtérie-tétanos-coqueluche (à germes entiers) / polio / Haemophilus influenzae b, deuxième injection hépatite B.
A 4 mois : troisième injection de diphtérie-tétanos-coqueluche (à germes entiers) / polio / Haemophilus influenzae b.
A partir de 12 mois : première dose de rougeole-oreilllons-rubéole ; troisième injection hépatite B.
A 16-18 mois : premier rappel de diphtérie-tétanos-coqueluche-polio-Haemophilus influenzae b ; troisième injection hépatite B (si non faite à 12 mois).


Nourrisson gardé en collectivité

(incluant la garde par une assistante maternelle)
En sus des vaccins précédents :
Dès le 1er mois : BCG. Epreuve tuberculinique trois à douze mois plus tard.
A 9 mois : rougeole seule suivie d’une revaccination associée à rubéole et oreillons six mois plus tard.
A noter : la vaccination contre l’hépatite B peut débuter entre 2 et 6 mois, la 2e injection doit être pratiquée au moins 1 mois après la 1ère. La 3e injection du vaccin contre l’hépatite B peut se faire au plus tôt 6 mois après la 1ère injection, de préférence à partir de l’âge de 12 mois.


Enfant entre 3 et 6 ans

Rougeole-oreillons-rubéole : deuxième dose.
BCG : obligatoire avant l’entrée à l’école.
Diphtérie-tétanos-polio : à 6 ans, deuxième rappel.


Enfant entre 11-13 ans

Coqueluche (vaccin acellulaire) : rappel tardif en même temps que le troisième rappel diphtérie-tétanos-polio.
Hépatite B : rattrapage chez l’adolescent non vacciné (1er et 2e doses à un mois d’intervalle, puis la troisième cinq mois après la 2e dose).
Avant de vacciner contre l’hépatite B, il faut s’assurer de l’absence d’antécédents personnels et familiaux de sclérose en plaques, d’affections démyélinisantes ou de maladies auto-immunes. Toute stimulation immunitaire comporte le risque d’induire une poussée. Chez les malades atteints de sclérose en plaques, le bénéfice de la vaccination doit être évalué en fonction des risques d’exposition au virus et du risque encouru.
Rougeole-oreillons-rubéole : vérifier que la vaccination a été effectuée, sinon la faire.
Epreuve tuberculinique : si test négatif, vérifié par IDR, revacciner par le BCG.


Adolescent 16-18 ans

Diphtérie-tétanos-poliomyélite : quatrième rappel.
Rubéole : chez les adolescents non vaccinés.
Epreuve tuberculinique : si test négatif, vérifié par IDR, revacciner par le BCG. Si l’IDR reste négative après deux vaccinations par BCG intradermique, l’obligation vaccinale est satisfaite.


Adulte 18-70 ans

Tétanos : en cas de vaccination ancienne sans rappel, injecter deux doses à un mois d’intervalle, rappel six à douze mois plus tard, puis tous les dix ans. Aucune contre-indication.
Polio : rappel tous les dix ans.
Rubéole : chez les femmes non vaccinées, jusqu’à 45 ans.


Personne de plus de 70 ans

Il faut vérifier plus particulièrement :
• La vaccination antitétanique.
• La vaccination antipoliomyélitique.
• La vaccination antigrippale (avant de vacciner contre la grippe, il faut vérifier l’absence d’allergie "vraie" aux protéines de l’œuf) ; vacciner tous les ans.
• Nouvelle vaccination : la vaccination antipneumococcique (dès 65 ans) ; cette vaccination n’est pas recommandée chez les personnes déjà vaccinées depuis moins de trois ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire