jeudi 16 août 2018

Guide complet sur la vitamine B12


Cette molécule possède la particularité d’être stockée dans l’organisme, étant en effet préservée par le foie qui va alors se construire plusieurs années de réserve. Appartenant à la famille des vitamines B, elle possède comme les autres un pouvoir énergisant mais est également reconnue pour ses vertus antiallergiques et détoxifiant de l’organisme. Mais elle est surtout utilisée dans les cas d’anémie.


Découverte de cet élément


Les travaux commencent au départ en 1926 avec des recherches liées à une forme particulière d’anémie mais on ignore alors le rôle de ce composant dans la lutte contre ce type de maladies et que des carences peuvent engendrer ce type de réactions physiologiques.
En effet, cette année, une équipe composée notamment du célèbre Whipple démontre que des parties du foie étaient en mesure de résoudre les cas d’anémies pernicieuses constatées au 19e siècle mais qui n’avaient jusqu’alors pas trouvé d’explication du phénomène.
Ce n’est qu’en 1948, que cette molécule est découverte et que les scientifiques parviennent à l’isoler dans le foie en lui donnant une forme micro-cristalline. Il s’agit alors d’une avancée considérable car il s’agit là des prémisses d’une solution aux conséquences induites par son manque. C’est alors qu’elle est nommée en tant que tel car elle possède des propriétés proches des autres membres de sa famille.
Elle existe sous différentes formes comportant toujours son composant principal à savoir la cobalamine mais on la retrouve en tant que cyanocobalamine ou hydroxocobalamine. Cette dernière est la forme la plus proche de l’élément recherché mais on utilisa préalablement plus souvent la cyanocobalamine car le développement industriel de l’hydroxocobalamine était beaucoup plus complexe et n’a pu être réalisé que récemment.


Caractéristiques de cette substance


Elle fait partie des composants hydrosolubles, et particulièrement résistante à la chaleur, à la lumière ou à la confrontation avec des produits acides ou basiques. Ceci explique qu’elle puisse être conservée facilement à l’extérieur du corps mais également à l’intérieur où le pH des aliments ingérés ne viendra pas altérer ses capacités.
Cette substance ne peut être synthétisée naturellement par le corps et les individus doivent donc veiller à produire un apport suffisant afin de pallier aux besoins de

l’organisme. De plus, l’assimilation de ce composant est fonction de différents facteurs qui doivent obligatoirement être respectées pour assurer une réussite. En effet, il faut qu’il y ait également présence de calcium et qu’un facteur intrinsèque entre en action afin d’agir comme le mode de distribution des propriétés de la vitamine dans l’ensemble du corps.
Le foie emmagasine plus de la moitié de cette molécule qu’il peut alors garder pour une période variant entre 3 et 5 ans. Par la suite, celle-ci sera éliminée par la bile ou les urines. Le reste est conservé dans le cerveau afin d’assurer le bon fonctionnement de cette partie du corps, notamment au niveau du système nerveux et au niveau neurologique pour lesquels elle est essentielle.
Même si elle apparait comme indispensable au corps humain, des effets indésirables ont été rapportés avec de nombreux cas d’allergies qui peuvent se manifester de diverses façon allant parfois jusqu’au choc anaphylactique qui requiert une intervention médicale d’urgence. Des cas d’acné et de modifications des urines peuvent être observés. Dans tous les cas, il s’agit alors d’arrêter le traitement pour ne pas que des complications trop importantes apparaissent.


Propriétés de cet élément


Cet élément a des capacités d’action sur différentes parties du corps qui le rendent donc essentiel. Ceci est également fonction de la forme sous laquelle il se présente dans l’organisme. En effet, en tant que coenzyme, il permet la multiplication et la croissance des cellules de l’ensemble de l’organisme, ce qui constitue un aspect important parmi l’ensemble de ses rôles.
Il permet la formation et la qualité des globules rouges et dans ce sens, il s’avère être un anti-anémique puissant. Il possède également des actions essentielles sur le système nerveux en activant la formation de myéline qui est indispensable à la protection des nerfs. De même, elle entre dans le processus de synthétisation de l’ADN.
D’autre part, il possède des vertus antalgiques, il peut agir comme un anabolisant pour certains types d’activités et par sa participation à l’élimination des toxines par l’organisme, il s’avère être un détoxifiant efficace pour le corps humain.
Il participe également à l’assimilation des aliments de façon appropriée. En effet, l’orientation des glucides, des lipides et des protéines sera facilitée et atteindra donc plus rapidement les organes qui en ont besoin. Dans le même sens, il permet l’assimilation du fer.
Associé aux vitamines B6 et B9, il permet de lutter contre l’homocystéine, qui est un acide aminé soufré qui s’avérerait être à l’origine de nombreux dysfonctionnements dont des dépressions, la maladie d’Alzheimer mais aussi des cas de démence ou de

schizophrénie. Cette association permet de pallier ces effets en agissant comme un stimulant du cerveau améliorant notamment sa réactivité.


Besoins quotidiens


Chez l’enfant, le taux démarre à 0,3 microgramme à la naissance pour augmenter proportionnellement à l’âge. Ce taux atteindra alors un niveau entre 2 à 3 microgrammes par jour chez les adolescents. En effet, les besoins sont alors proches de ceux d’un adulte.
Chez l’adulte, le taux recommandé quel que soit le sexe de la personne est compris entre 2 microgrammes et 3 microgrammes. Cependant, certaines situations de la vie d’un individu requièrent des taux supérieurs. Il s’agit des femmes enceintes ou en période d’allaitement de leurs nourrissons pour qui les besoins sont augmentés compte tenu de la sollicitation du corps.
De même, les personnes âgées nécessitent une dose supérieure pour veiller au bon fonctionnement de leur organisme et notamment préserver le plus longtemps possible leurs capacités intellectuelles et la santé de leur cerveau. Pour ces trois catégories de personnes, les recommandations habituelles peuvent être suivies mais il est préférable d’avoir une dose journalière de 4microgrammes par jour.


Hypovitaminose et excès


La première conséquence d’un manque de cet élément est l’apparition d’une anémie pernicieuse qui possède des symptômes permettant de la dégager des autres formes d’anémie. En effet, elle engendre une fatigue excessive, une pâleur de la peau, un manque d’appétit mais surtout des troubles neurologiques qui ne sont pas présents dans les autres types d’anémie.
Avec l’anémie pernicieuse ou dite « de Biermer », on voit apparaitre des troubles de la mémoire, de troubles de l’équilibre, de l’humeur, de la motricité et également des cas de démence. Des troubles hématologiques sont également observés avec des modifications notables des globules rouges.
Une carence amène également des déséquilibres gastro-intestinaux avec la multiplication de nausées, diarrhées ou constipations. Une inflammation de la langue se déclare ainsi que des douleurs musculaires et des allergies. De manière générale, un manque va entraîner une modification du système immunitaire alors beaucoup moins résistant.
Contrairement aux idées reçues, un excès apporterait également des dysfonctionnements de l’organisme avec notamment une sollicitation trop importante de certains organes qui chercheraient à éliminer le surplus tels que les reins et le

foie. Ayant des effets sur le système cardio-vasculaire, des troubles du rythme cardiaque peuvent être rencontrées.
De plus, un surdosage journalier et de longue durée pourrait avoir des actions néfastes sur le corps humain en favorisant l’apparition de différents cancers. Il est donc recommandé de se conformer aux besoins recommandés car un surplus n’amène pas plus d’effets bénéfiques mais se transforme alors en complications.


Aliments sources


La vitamine se retrouve essentiellement dans les aliments d’origine animale et en particulier dans les différentes sources de protéines à savoir viandes, volailles, un grand nombre d’abats, poissons et fruits de la mer, crustacés ainsi que dans les œufs ou encore dans certains produits laitiers.
Le foie est un aliment particulièrement riche car il en contient 85 microgrammes par portion de 100 grammes pour le foie de bœuf et 65 microgrammes pour le foie de mouton. Les rognons et tous types d’abats devront être privilégiés car cette seule partie détient un taux de 35 microgrammes. Ainsi, le cœur de bœuf peut apporter un apport de 11 microgrammes pour la même quantité.
Du côté des poissons, le hareng est un aliment intéressant car il en possède 13 microgrammes, le thon 11 microgrammes et le saumon 7 microgrammes pour 100 grammes. Le bœuf et l’œuf ont des propriétés proches avec un taux proche de 5 microgrammes. Même s’ils apportent moins, les produits laitiers permettent d’atteindre le taux journalier quotidien comme le camembert qui possède 0,9 microgrammes pour 100 grammes.


Indications thérapeutiques


L’utilisation de cette substance aussi bien par voie médicamenteuse que par voie alimentaire peut être conseillée par de nombreux professionnels de la santé pour lutter contre un certain nombre de maladies qui trouvent leur remède dans la prise de cet élément. En effet, un équilibre est retrouvé dans l’organisme humain.
En premier lieu, il fait partie des traitements considérés immédiatement en cas d’anémies pernicieuses mais également pour toutes formes d’anémies où un apport permettrait de tonifier l’organisme et de rétablir des globules rouges autant en nombre qu’en qualité. Elle garantit une protection du système cardio-vasculaire.
Elle est également largement utilisée pour les maladies connues chez les personnes âgées telles que des cas de démence sénile, de maladie d’Alzheimer, dans les différents troubles de la mémoire.

Il est important de préciser qu’un constat a été fait sur le fait que l’action de la molécule été beaucoup plus efficace en injections que par voie orale car cette pratique permettrait plus facilement à l’organisme de la transporter vers les différents organes qui en ont besoin.
Pour certaines catégories de personnes, leur taux doit être souvent vérifié comme chez les personnes âgées qui ne sécrètent que peu de sucs gastriques et donc le facteur intrinsèque est donc beaucoup moins élevé ne permettant pas une assimilation correcte.



Références :



Vitamine B12. Office des compléments alimentaires. https://ods.od.nih.gov/factsheets/VitaminB12-HealthProfessional/. 
Fairfield KM. Supplémentation en vitamines dans la prévention des maladies. https://www.uptodate.com/contents/search. 
Schrier SL. Causes et pathophysiologie des carences en vitamine B12 et en folates. https://www.uptodate.com/contents/search. 
Cyanocobalamine. Micromedex 2.0 Healthcare Series. http://www.micromedexsolutions.com. 
Cyanocobalamine (vitamine B12) orale. Faits et comparaisons Réponses en ligne http://www.wolterskluwercdi.com/facts-comparisons-online/. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire